Chirurgien pour opération de la hanche

Prothèse de hanche : 8 choses à savoir avant l’opération

Votre hanche vous joue des tours et vous sentez votre démarche se chalouper  ? Alors l’heure de remplacer votre hanche a sonné.

À partir d’un certain âge, on peut ressentir des problèmes osseux et des douleurs au niveau du bassin, avec, pour unique solution : l’opération de la prothèse de hanche. Si cette intervention orthopédique est fréquente chez les personnes âgées souffrant d’arthrose, elle suscite toujours beaucoup d’interrogation. L’occasion pour Cellsius de répondre à toutes les questions au sujet de l’opération de la hanche afin d’entrer au bloc opératoire préparé et serein.

1- Une prothèse de hanche qu’est-ce que c’est ?

Une prothèse de hanche ou prothèse totale de hanche (PTH) sont des pièces artificielles fixées dans l'articulation de la hanche afin de remplacer les zones de cartilage usées et abîmées. Il existe deux types d’intervention :

La prothèse totale de hanche

Les os du fémur et du bassin sont remplacés par des pièces synthétiques.

  • L’implant cotylédon, pièce hémisphérique creuse implantée au niveau du cotyle ;
  • une tige surmontée d’une tête sphérique (la tête fémorale) implantée dans le fémur ;
  • un insert en polyéthylène ou en céramique, mis en place dans l’implant cotyloïdien afin de faire office d’articulation entre les deux pièces.

Types de prothèse de hanche

L’opération consiste à introduire la tige dans le fémur, qui grâce à la cupule fixée au niveau du bassin et la tête en guise de jonction, crée une nouvelle articulation.

La prothèse partielle de hanche

La prothèse partielle, dite prothèse céphalique, ne remplace que la tête du fémur. Elle s’effectue en cas de fracture de l’extrémité supérieure du fémur et se présente soit :

  • En monobloc avec une bille d’acier, de diamètre identique à la tête du fémur, solidaire de la tige métallique implantée dans l’os du fémur.
  • Intermédiaires, avec une tige et une bille fémorale (comme pour une prothèse totale), s’articulant avec une cupule sphérique en acier. À la fois mobile par rapport au cotyle (cavité du bassin) et par rapport à la bille fémorale (double jeu de mobilité). Cette technique est privilégiée chez les patients jeunes et/ou sportifs.

2- Quels sont les risques d’une opération de la hanche ?

La chirurgie prothétique de la hanche se déroule sous anesthésie générale et dure environ une heure. Si elle semble impressionnante, c’est un acte chirurgical bien exécuté et très codifié avec un excellent taux de réussite. Néanmoins, comme toute intervention chirurgicale, la pose de prothèse comporte des risques, par exemple :

  • des fractures accidentelles en cas de fragilité osseuse ;
  • des lésions accidentelles des nerfs et vaisseaux.
  • un descellement (usure de la prothèse avec les années)

Après l’intervention, vous pouvez aussi constater :

  • Un hématome ;
  • la formation et la migration d’un caillot sanguin, responsable d’une phlébite ou d’une embolie pulmonaire ;
  • une infection de la zone opératoire ;
  • la luxation ou le déplacement des éléments de la prothèse, nécessitant une révision de la prothèse de hanche ;
  • des longueurs de jambes différentes.

Ces cas restent très rares (<1 %) surtout avec les matériaux sophistiqués et techniques modernes de ces dernières années.

3- Quand peut-on marcher après une opération de la hanche ?

Si la prothèse de la hanche permet de supprimer les douleurs à la marche et de retrouver sa mobilité, le délai de convalescence varie d’un individu à l’autre, entre 1 à 3 mois. Selon la forme physique et l’assiduité aux exercices de rééducation, il est possible de marcher après 24 à 48 heures. Certaines techniques opératoires permettent de marcher quelques heures après l’opération.

marcher après opération de la hanche

Quant à la reprise du sport, si l’activité physique est recommandée dans les premiers mois d’intervention pour prévenir de la luxation, privilégiez un sport non traumatisant pour les articulations (vélo, natation et course à pied) et entraînez-vous progressivement.

4- Est-ce que la prothèse de hanche est douloureuse ?

Après l’opération de la hanche, des douleurs et raideurs sont fréquentes et tout à fait normales. Si l’intensité varie selon vos mouvements et activités, elles vont disparaître après quelques semaines de repos et de rééducation. Pour s’en soulager, le chirurgien vous prescrit un traitement antalgique et un traitement pour prévenir la phlébite. Dans les premières semaines, certains mouvements du quotidien seront difficiles à réaliser. Pour éviter la luxation de la hanche, croiser les jambes et s'accroupir avec une prothèse de hanche font partie des mouvements interdits pendant la convalescence.

5- Quel est l’âge pour se faire opérer de la hanche ?

Il n’y a pas vraiment d’âge pour se faire opérer de la hanche. Généralement, on programme cette intervention le plus tard possible, lorsque les traitements anti-antalgique et anti-inflammatoire ne suffisent plus à soulager les douleurs articulaires causées par l’usure du cartilage de la hanche. Ce phénomène arrive le plus fréquemment en cas d’arthrose de la hanche, dit coxarthrose. Une conséquence directement liée au vieillissement et aux contraintes physiques (surpoids, usage répété). C’est pourquoi les personnes âgées de plus 70 ans souffrent d’un raidissement des membres inférieurs qui rend la marche plus difficile et sont nombreuses à se faire opérer.

L’opération de la hanche peut aussi intervenir chez de jeunes patients, victimes :

  • d’un accident de la route ou d’une chute,
  • des conséquences d’une pratique sportive intense
  • de maladie congénitale de la hanche ou d’un problème de croissance…

Dans ce cas, l’implant se programme à la fin de la croissance du patient, entre 16 et 18 ans.

Peu importe l’âge, l’opération reste une solution de dernier recours, lorsque la qualité de vie du patient est altérée.

6- Combien de temps dure la prothèse de hanche ?

Grâce à la technicité des matériaux de dernière génération (céramique, polyéthylène, ajout de zircone) et des techniques de double mobilité, la durée de vie et la performance des prothèses de hanche sont améliorées.

Sauf complication :

  • Une prothèse de hanche classique dure en moyenne 20 ans.
  • Les implants en céramique sont éternels et ne nécessitent pas de réintervention.

7- Comment se prépare l’intervention de l’implant ?

Un bilan de santé

Pour éviter toute complication et réussir l’implantation, l’intervention est toujours précédée d’un bilan complet du patient :

  • Une radiographie du bassin de face afin de visualiser la présence ou non d’ostéoporose ; la morphologie de la hanche et la qualité de la tête fémorale.
  • Une prise de sang.
  • Une analyse urinaire.
  • Un électrocardiogramme et des examens complémentaires réalisés chez un cardiologue.
  • Une visite chez le médecin anesthésiste qui répondra à toutes vos questions et vous demandera de rester à jeun 6 heures avant l'intervention et de ne pas fumer avant l'anesthésie.
  • Une radio dentaire panoramique pour soigner une éventuelle infection dentaire avant l'opération. Une mesure importante pour éviter toute migration des germes pathologiques dans le sang.

Bilan de santé avant opération de la hanche

Les affaires à emporter

En absence de facteurs de risque (traitement anticoagulant, antécédents cardiaques, diabète non stabilisé, etc.), le patient peut être hospitalisé en ambulatoire ou en 24 heures. Mais la majorité des hospitalisations durent 3 jours. Il faut donc prévoir les affaires pour le temps du séjour à l'hôpital.

  • Des vêtements amples et confortables de type survêtement et des baskets fermés.
  • L’achat ou le prêt de béquilles.
  • Un chausse-pied à manche
  • Un coussin orthopédique à placer entre vos jambes la nuit. Son design garde l'alignement de la colonne vertébrale et évite les risques de torsion du bassin pendant votre sommeil.
coussin pour dormir avec une prothèse de hanche

8- Comment se déroule l'opération de la hanche ?

La pose de la prothèse de hanche a lieu sous anesthésie générale ou rachianesthésie et l’intervention dure entre 1 h et 1h30.

Après une incision au niveau de la cuisse, le chirurgien écarte différentes zones musculaires, nerveuses et tendineuses pour accéder à la hanche.

Afin d'ôter les zones articulaires endommagées, il provoque une luxation de la hanche en déboitant la tête fémorale de la cotyle avant de tout sectionner et poser la prothèse.

De retour chez lui, le patient devra garder les pansements durant 3 semaines et les changer tous les 2 à 3 jours.

Poursuivez votre lecture sur comment bien dormir avec la prothèse de hanche.

 

Sources : 

Chirurgie orthopédie , Philippe Paillard

Hôpitaux universitaires Genève

Retour au blog

Notre conseil thérapeutique

Découvrez nos autres produits

1 de 3

Nos Articles Connexes

1 de 2

Nos Articles Récents

1 de 3

⭐⭐⭐⭐⭐

Cellsius a soulagé les douleurs de +30'000 clients

Certains témoignent...